Message de l’Ambassadeur Gilles Pécout (24.12.20)

Message de l’Ambassadeur de France en Autriche, Gilles Pécout

JPEG
Vienne, ce 24-XII-2020

Chères et chers Françaises et Français d’Autriche,
Bien chers compatriotes,

En cette veille de Noël, je tiens à vous assurer de toutes mes pensées, chaleureuses et fidèles, à partager avec vos proches. Mes vœux d’heureuses fêtes, alors que se profile la fin d’une année empreinte de gravité, doivent revêtir un sens particulier pour notre communauté française d’Autriche.

Ils rappellent d’abord que nos deux pays, la France et l’Autriche, ont été durement éprouvés par la crise sanitaire depuis le mois de mars dernier et ont su faire face avec détermination et sens de la solidarité aux conséquences des divers confinements liés à l’évolution de la pandémie. Je songe particulièrement à ceux qui ont été frappés par la maladie et le deuil et je leur exprime toute ma sympathie au nom de la communauté française.
En temps d’épidémie, le moment des réunions familiales intergénérationnelles doit être plus que jamais un temps partagé de prudence, de vigilance et de prévention. Faut-il rappeler que le fléau n’est pas encore vaincu ? Les statistiques épidémiologiques, même lorsqu’elles diminuent, n’en dénombrent pas moins des malades et des morts, des lits de « stations Covid » et d’unités de réanimation qu’il faut sans cesse rendre disponibles, « armer » contre le virus.
J’en appelle, dans le sillage des déclarations du Président de la République et du Premier ministre qui constatent qu’il nous faut encore faire diminuer le nombre de contaminations quotidiennes, à votre responsabilité civique pour que les contraintes sanitaires françaises et autrichiennes - dont l’ambassade et le consulat vous donnent le détail jour après jour - soient rigoureusement respectées, notamment par ceux qui se déplaceront en cette fin d’année.

Parce qu’ils sont franco-autrichiens, mes vœux ne sauraient oublier que la ville de Vienne comme la région parisienne ont été tragiquement touchées par une autre et terrible forme d’adversité, la barbarie à travers les attentats terroristes du 16 octobre et du 2 novembre. L’heure fut d’abord aux manifestations de solidarité et de soutien réciproques. Puis, grâce à la mobilisation des services consulaires et de l’ensemble des services et des opérateurs de l’ambassade en lien avec les élus et les conseillers consulaires et avec l’aide la direction de la chambre de commerce franco-autrichienne, les emprises françaises, tout comme notre Lycée français, ont su adopter les conduites de vigilance qui s’imposaient. Avec le concours sans faille des autorités autrichiennes, la présence française en Autriche s’est trouvée pleinement sécurisée. Que tous en soient remerciés !

Certes, les temps sont pesants et ne semblaient jusqu’alors suggérer qu’incertitude et obscurité. Mais je veux insister sur les horizons plus sereins qui s’ouvrent à nous.
En témoigne d’abord la campagne de vaccination qui va débuter en Autriche comme en France et qui bénéficiera immédiatement aux plus fragiles. Elle ne dispensera pas le reste de la population de conserver les conduites élémentaires de protection sanitaire, mais elle nous permettra, en arrêtant la progression des décès, de réfléchir plus paisiblement au « monde de demain ».
Ce monde est déjà celui où l’environnement, la lutte contre le réchauffement climatique, la biodiversité et le bien-être animal sont des enjeux cardinaux de notre action, à la fois garants et facteurs de notre développement économique et social et vecteurs de nouvelles humanités. J’entends rappeler mon engagement et celui de nos équipes dans ce même combat mené par la France et l’Autriche pour un respect de la nature et des territoires tourné vers l’avenir et le progrès.
La sortie de crise, et tel est l’ultime motif d’optimisme, se fera au cœur d’une Europe qui bénéficie du plan de relance et dans un contexte où la relation franco-autrichienne connaît un nouvel élan, dans le sillage de la rencontre entre le président Macron et le chancelier Kurz à l’Élysée, le 10 novembre dernier. Notre rapport est plus que jamais fondé sur le même combat de civilisation ravivé par les atteintes terroristes communes. L’amitié franco-autrichienne s’appuie sur la volonté de faire fructifier nos acquis historiques, culturels et artistiques, en partageant mieux encore les formations scientifiques et professionnelles au profit d’une jeunesse que la France continue à inspirer et qui aspire à redevenir très vite mobile.

C’est donc à vous, jeunes Français d’Autriche et jeunes franco-autrichiens, que je confie ces vœux de bonnes fêtes et d’heureuse année en cette soirée de Noël, en vous remerciant de les transmettre aussitôt, et ...dans le strict respect du protocole sanitaire, à vos aînés qui font depuis longtemps la richesse de la communauté française d’Autriche.

Gilles Pécout
Ambassadeur de France en Autriche
JPEG

Dernière modification : 24/12/2020

Haut de page