La situation économique et financière de l’Autriche (octobre 2018) [de]

Une publication du service économique de l’ambassade de France en Autriche.

JPEG
Economie autrichienne : le haut du cycle est atteint,
les cibles budgétaires légèrement améliorées

Les différents instituts (WIFO, Commission européenne) ont révisé légèrement à la baisse leurs prévisions pour 2018 et 2019. Après un premier semestre toujours dynamique, les premiers signes d’un tassement se font jour au 3ème trimestre 2018. Ainsi, la croissance devrait atteindre cette année entre 2,7 % et 3 %, toujours au-dessus de la zone euro, pour revenir à 2 % l’an prochain. Le ralentissement est attribuable à la détérioration de la conjoncture dans l’UE et la montée des incertitudes au niveau international. Néanmoins, l’économie alpine résiste mieux en raison d’une demande interne solide et du dynamisme des échanges avec les pays d’Europe centrale et orientale. En outre, selon les prévisionnistes, la croissance devrait bénéficier l’an prochain de l’effet du bonus famille qui viendra soutenir les revenus et la consommation des ménages.
C’est dans ce contexte toujours porteur que le ministre des Finances a présenté courant octobre le projet de budget 2019. Il y réaffirme la stratégie financière du gouvernement de coalition : revenir à la fin de la législature à 60 % de dette publique, rétablir l’équilibre budgétaire dès 2019 et diminuer à 40 % le taux de prélèvements obligatoires en 2022. Il présente une légère amélioration des cibles budgétaires par rapport aux chiffres de mars 2018, rendue possible grâce à la bonne conjoncture : -0,3 % (contre -0,4 % en mars) pour le déficit budgétaire en 2018 et un léger surplus de +0,1 % attendu en 2019 (contre 0 % en mars). Pour la première fois depuis de nombreuses années, la dette diminuera en valeurs absolue et relative dès 2018 et sera ramenée à 70,7 % du PIB contre 78,3 % en 2017.
Enfin, malgré une légère détérioration du classement de l’Autriche dans les classements internationaux, l’année 2017 s’est traduite par une très forte progression des IDE sortants et entrants, avec plus de 9 Mrd EUR dans les deux sens. Ces évolutions positives traduisent l’attractivité du marché autrichien dans un contexte d’embellie conjoncturelle et la bonne santé des entreprises autrichiennes qui poursuivent leur internationalisation. Les échanges entre l’Autriche et la France sont également très positifs, la France devenant en flux la 10ème destination des investisseurs autrichiens, traduisant l’amélioration des perspectives économiques et l’image de notre pays auprès des entreprises autrichiennes.

Pour obtenir l’intégralité de notre veille, retrouvez notre document et bien d’autres informations sur notre site sous www.tresor.economie.gouv.fr/pays/AT

Dernière modification : 15/11/2018

Haut de page