Journée mondiale de l’environnement (05.06.2020) [de]

La France prend toute sa part dans l’ effort de la communauté internationale afin de répondre à l’urgence de la crise climatique et environnementale. Elle est l’un des pays fondateurs de l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN), dont elle accueillera le Congrès mondial en janvier 2021, à Marseille. Ce rendez-vous majeur, associant Etats et société civile, constitue un formidable effet de levier pour renforcer la mobilisation pour la protection de la biodiversité.
A l’occasion de la journée mondiale de l’environnement, l’Ambassade de France en Autriche présente le témoignage de 4 personnalités au parcours franco-autrichien et engagées sur ces différents sujets. Issues de milieux professionnels différents, elles nous montrent combien la protection de l’environnement nous concernent tous et nous révèlent ce qu’elles attendent d’un congrès tel que celui de l’UICN.

Elodie broussard

Elodie Broussard, vous êtes présidente et co-fondatrice du « UN Vienna – Sustainable & Innovative Initiatives Club », quelle est la place de l’environnement dans votre engagement associatif ?
Dans le cadre du club que nous avons fondé avec Fabien Petit, l’environnement tient une place centrale. Nous travaillons pour sensibiliser et faire s’impliquer les fonctionnaires internationaux des Nations Unies à Vienne et les autrichiens pour une consommation responsable (ODD 12) et le respect de la vie sauvage (ODD 14 et 15), à travers divers projets ouverts à tous et menés avec des acteurs locaux clé.
 
Quelle est l’habitude « polluante » dont vous êtes arrivée à vous défaire dans votre vie quotidienne et dont vous êtes la plus fière ?
J’ai drastiquement réduit mes achats polluants en me posant toujours deux questions : « ai-je vraiment besoin de ce produit/service ? » et « quel est son impact environnemental ? ». Je reste loin de la perfection cependant, étant accro au chocolat et au fromage…
 
Qu’attendez-vous d’un évènement tel que le prochain congrès de l’Union internationale de la conservation de la nature (UICN) qui se tiendra à Marseille au premier semestre 2021 ? Quelle serait la motion que vous rêveriez voir adoptée ?
Le congrès est une opportunité de mieux définir les questions à se poser et les synergies à créer pour offrir une vie agréable aux futures générations d’êtres vivants. J’attends de ce congrès que son potentiel de transformations se concrétise en actions. La motion que j’aimerais voir adoptée est celle sur le renforcement de l’intégration institutionnelle des peuples autochtones. Leurs voix sont indispensables et indissociables des efforts de conservation à l’échelle mondiale.

Peter Grell

Peter Grell, vous êtes architecte à Vienne et avez participé à de nombreux projets immobiliers notamment celui du Lycée français de Vienne, quelle est la place de l’environnement dans votre métier ?
D’une part, le code de construction en Autriche prévoit que les architectes et ingénieurs doivent certifier pour chaque projet une intégration de systèmes alternatifs en termes d’énergie efficace. D’autre part, les villes sont de plus en plus couverts de surfaces évitant l’infiltration naturelle des eaux de pluies dans la nappe phréatique et causant ainsi des inondations. Pour cela nous intégrons plusieurs méthodes favorisant l’infiltration des eaux de pluies, par le choix de matériaux perméables aux sols, par l’insertion d’îlots verts ou par des toitures végétalisées, qui retiennent l’eau pour ensuite la redonner à l’air par une évaporation naturelle.

Quelle est l’habitude « polluante » dont vous êtes arrivé à vous défaire dans votre vie quotidienne et dont vous êtes le plus fier ?
Depuis 2 ans, j’ai nettement réduit mes trajets quotidiens en choisissant un nouveau lieu pour mon atelier dans le même quartier que mon domicile, donc à quelques minutes à pied. Tout cela étant proche de l’école de nos enfants, l’empreinte écologique des trajets au quotidien de ma famille est ainsi réduite à quasi nulle. Je fais mes autres trajets pour accéder à nos chantiers en ville ou aux réunions de travail à vélo ou en scooter électrique, ce qui fait que l’utilisation de notre voiture se réduit aux sorties en weekend et pendant les vacances.

Qu’attendez-vous d’un évènement tel que le prochain congrès de l’Union internationale de la conservation de la nature (UICN) qui se tiendra à Marseille au premier semestre 2021 ? Quelle serait la motion que vous rêveriez voir adoptée ?
Notre génération a le devoir de se confronter activement avec la problématique environnementale de notre planète. Cette reconnaissance a duré bien trop longtemps et je crains que les actions pour combattre la destruction continuelle des ressources naturelles ne sera pas rapide. Pour augmenter la conscience par rapport à ce vaste sujet sensible, j’attends que soit discuté au congrès de l’UICN que toutes les formations scolaires, universitaires et professionnelles devraient traiter la conservation de la nature non pas comme une matière secondaire mais primaire avec un coefficient élevé pour tout diplôme. Seulement la conscience globale pourra permettre de recréer une balance écologique.

Anais Lestringuez

Anais Lestringuez vous effectuez une année de service civil au Lycée français de Vienne, quelle est la place de l’environnement dans votre mission ?
L’environnement, avant la crise du virus, fut la mission la plus complexe, reliant énormément d’acteurs. Elle occupait une place prépondérante, puisque nous allions mener plusieurs projets afin de rendre le lycée plus vert.

Quelle est l’habitude « polluante » dont vous êtes arrivée à vous défaire dans votre vie quotidienne et dont vous êtes la plus fière ?
Réduire considérablement les produits inutiles, notamment dans le domaine de l’hygiène. J’achète ce dont j’ai besoin ! Je n’utilise plus de coton-tige (extrêmement nocifs) et j’ai substitué les cotons jetables et les serviettes hygiéniques par des cotons et serviettes lavables. Je choisis des produits qui durent !

Qu’attendez-vous d’un évènement tel que le prochain congrès de l’Union internationale de la conservation de la nature (UICN) qui se tiendra à Marseille au premier semestre 2021 ? Quelle serait la motion que vous rêveriez voir adoptée ?
Du bon sens, bien sûr, et des mesures qui rentreraient en vigueur le plus rapidement possible. Il faut profiter de la crise pour faire bouger les lignes et baser notre modèle sociétal sur le développement durable.
La motion à laquelle je pense est l’interdiction du plastique, définitive, dans les commerces et partout. Jusqu’ici ils n’ont fait que retarder son interdiction totale… La mesure doit être effective le plus rapidement possible.

Alice Vadrot

Alice Vadrot vous êtes chercheuse franco-autrichienne à Vienne et très engagée dans la création d’un nouveau traité sur la biodiversité marine dans les eaux internationales notamment dans le cadre du projet européen MARIPOLDATA, quelle est la place de l’environnement dans votre métier ?
La protection de l ́environnement est au cœur de mon travail. Dans mon projet MARIPOLDATA je cherche à comprendre comment les différents états utilisent la science pour protéger la biodiversité marine, par exemple en établissant des réserves naturelles marines.
Je me penche tout particulièrement sur l`interface science-politique, ce qui implique que j`ai un intérêt à comprendre les différents champs disciplinaires travaillant et s ́exprimant sur l ́environnement ainsi que la façon dont ce savoir scientifique est utilisé pour protéger nos océans.

Quelle est l’habitude « polluante » dont vous êtes arrivée à vous défaire dans votre vie quotidienne et dont vous êtes la plus fière ?
Depuis la pandémie COVID 19 beaucoup a changé y compris dans nos habitudes. Avant le confinement, j ́avais déjà commencé à réduire le nombre de voyages que j ́effectuais en avion dans ma vie privée. Plutôt que de faire de longs voyages à l`autre bout de la terre, j`ai commencé à faire de la randonnée en Europe dans des lieux accessibles par le train. Cette année je continue mon chemin sur le GR 34 en Bretagne du Mont-Saint-Michel à Morlaix, si la situation actuelle me le permet.

Qu’attendez-vous d’un évènement tel que le prochain congrès de l’Union internationale de la conservation de la nature qui se tiendra à Marseille au premier semestre 2021 ? Quelle serait la motion que vous rêveriez voir adoptée ?
Je m ́attends à un évènement réunissant des acteurs aimant et respectant la nature. De plus, puisque ce congrès se tient à Marseille, j ́espère que le sujet de la protection de nos mers et de nos océans aura une place centrale. A cette date, nous saurons très probablement si les états sont parvenus à constituer un traité sur la protection de la biodiversité marine en haute- mer (actuellement encore en cours de négociations). Je rêve pour ma part d ́une motion soutenant une participation forte et active de la science pour établir et protéger des réserves naturelles marines en haute-mer.

En savoir plus :
- iucncongress2020.org
- Les mots-clefs de la diplomatie française

Dernière modification : 05/06/2020

Haut de page