Energies renouvelables : Le développement des éoliennes en mer va s’accélérer (janvier 2012) [de]

JPEG

Dans le cadre du Grenelle de l’environnement, la France s’est engagée à produire, d’ici à 2020, 23 % de sa consommation d’énergie à partir de ressources renouvelables. Pour cela, elle mise, entre autres, sur le potentiel des énergies marines et notamment des éoliennes en mer. En 2011, un pas décisif vers l’installation de parcs d’éoliennes offshore a été franchi.

Pour accélérer le développement des premiers parcs, la France a lancé, en juillet 2011, un programme "Éoliennes en mer" sans précédent. "Notre objectif est de devenir un des leaders mondiaux dans ce domaine. Nous en avons les capacités", a rappelé Nathalie Kosciusko-Morizet.

Objectif : 1 200 éoliennes en mer d’ici à 2020.

Le programme prévoit, d’ici à 2020, la construction de 1 200 éoliennes en mer, d’une puissance totale de 6 GW. Celles-ci devraient fournir 3,5 % de la consommation d’électricité du pays et ainsi alimenter plus de 4,5 millions de foyers.

Cette mesure s’inscrit dans le cadre du plan de développement des énergies renouvelables, issu du Grenelle de l’environnement. Son ambition : développer les énergies non fossiles (éolien, solaire, géothermie…) afin qu’elles représentent, à l’horizon 2020, 23 % de la consommation d’énergie (contre 10,5 % en 2005). Le développement de l’éolien marin devrait apporter une contribution significative à la réalisation de ce plan.

La France possède, pour cela, des atouts non négligeables. Elle détient, en effet, un potentiel marin naturel parmi les plus vastes au monde, avec 11 millions de kilomètres carrés de mers et d’océans. Elle dispose également d’un solide réseau industriel et scientifique dans les secteurs maritimes et énergétiques, prêt à s’investir sur ce marché.

Un premier appel d’offres de 10 milliards d’euros

Selon les estimations, environ 10 000 postes pourraient être créés dans le sillage du plan relatif à l’éolien en mer. Le marché qui s’ouvre est, en effet, particulièrement propice au développement des activités portuaires, des chantiers navals et de l’industrie maritime. Les savoir-faire pourront également être exportés à l’international.

Pour favoriser l’émergence de projets industriels ambitieux, le programme "Éoliennes en mer" prévoit le lancement d’appels d’offres successifs. Le premier, d’un investissement de 10 milliards d’euros, a été initié en juillet 2011. Il vise la construction, l’installation et l’exploitation de 500 à 600 éoliennes – soit la moitié des équipements prévus – dans cinq zones :

- Le Tréport (Seine-Maritime-Somme) ;
- Fécamp (Seine-Maritime) ;
- Courseulles-sur-Mer (Calvados) ;
- Saint-Brieuc (Côtes d’Armor) ;
- Saint-Nazaire (Loire-Atlantique).

(source : www.gouvernement.fr)

Dernière modification : 24/02/2012

Haut de page