Durban - Propositions de la France sur le climat et tribune conjointe du ministre des affaires étrangères et de la ministre de l’écologie dans le Monde (09.12.2011) [de]

Durban doit permettre de préserver, de mobiliser et d’améliorer les instruments que nous avons construits depuis 1992, au premier rang desquels le protocole de Kyoto... Elle doit aussi permettre d’ouvrir la voie à de nouveaux mécanismes efficaces, qu’ils soient économiques et financiers, ou technologiques, pour accélérer la baisse des émissions mondiales. Durban doit également permettre à l’ensemble de la communauté internationale de se retrouver sur la voie d’un nouvel accord global pour le climat, en fixant une feuille de route qui garantisse l’engagement de tous, et notamment des tous les principaux émetteurs, condition indispensable pour respecter notre objectif maximal des 2°C.

(…)

JPEG

Durban - Propositions de la France sur le climat et tribune conjointe du ministre des affaires étrangères et de la ministre de l’écologie dans le Monde (09.12.2011) :

La France entend notamment contribuer à la mise en place de nouveaux modèles énergétiques, c’est le sens de son initiative conjointe avec le Kenya (initiative dite « Paris-Nairobi ») sur l’accès à l’énergie dans les pays les pus pauvres. L’attention portée à ce sujet prend un relief particulier dans le contexte d’une COP sur le sol africain.

Plus d’informations sur l’engagement de la France :

www.diplomatie.gouv.fr

"Il faut éviter un échec à la conférence de Durban" - Tribune conjointe de Natalie Kosciusko-Morizet et Alain Juppé (7 décembre 2011)

"Les messages sont clairs, convergents et alarmants : le dernier rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat met en lumière l’élévation de la fréquence des événements climatiques extrêmes - inondations, sécheresses ou cyclones."

www.diplomatie.gouv.fr

Déclaration conjointe d’Alain Juppé et de Nathalie Kosciusko-Morizet - Les technologies satellitaires au service de la protection des forêts du Bassin du Congo (8 décembre 2011) :

"Treize millions d’hectares de forêts disparaissent chaque année dans le monde, entraînant des dommages écologiques irréversibles et menaçant le mode de vie des sociétés humaines qui en dépendent directement. Pour préserver les forêts du Bassin du Congo, deuxième poumon de la Terre, des actions collectives internationales et locales sont mises en œuvre (REDD+, Plans Climat nationaux...). Pour les soutenir, le gouvernement français s’est engagé à mettre à disposition à titre gracieux des images satellitaires haute résolution pour mesurer et mieux comprendre l’impact de la déforestation dans le Bassin du Congo."

www.diplomatie.gouv.fr

Dernière modification : 15/12/2011

Haut de page