Discours du président de la République devant le parlement réuni en Congrès (09.07.18) [de]

Dans un discours prononcé à Versailles le 9 juillet, le président de la République a défendu ses réformes et dressé le bilan de sa première année de mandat. Il a aussi plaidé pour la coopération en Europe et affirmé que « ni les défis commerciaux, ni les défis du climat, ni les défis de la défense, ni les défis économiques et monétaires ne peuvent se relever dans l’isolement et encore moins le défi migratoire » (…) et qu’ « en ces matières, la solution véritable ne peut être que dans la coopération européenne. »

Discours intégral en langue française >>> ici

Voici des extraits du discours :

« Il n’y a qu’une voie exigeante, celle de la République et de la coopération en Europe. Elle passe par une politique que nous devons repenser, à laquelle nous devons redonner de l’ambition, un partenariat refondé avec l’Afrique.

Cette jeunesse, aujourd’hui, qui quitte l’Afrique pour prendre tous les risques et qui n’a pas droit dans une large majorité à l’asile, c’est la jeunesse du désespoir, c’est la jeunesse à qui on n’a plus donné de projet, qui vient du golfe de Guinée ou d’une bonne partie du Sahel. La France et, avec elle, l’Europe doivent rebâtir les termes d’un partenariat car cette Histoire contemporaine ne nous rappelle qu’une chose : nous ne sommes pas une île et nous avons destin lié.

La deuxième de nos réponses passera par un renforcement de nos frontières communes en Europe, un investissement assumé que la France porte, voulu, cohérent et par une politique de responsabilité et de solidarité au sein de l’Europe. Toute politique nationaliste de court terme ne réglera en rien la situation migratoire, elle la créera chez l’autre, elle sèmera la division.

Toute politique qui voudrait mélanger toutes les situations et ne pas voir qu’il existe aujourd’hui des situations différentes selon qu’on vient d’un pays en guerre ou selon qu’on n’en vient pas oublie aussi cette cohésion nationale indispensable que nous devons préserver. Mais jamais la France n’acceptera les solutions de facilité que d’aucuns aujourd’hui proposent et qui consisteraient à organiser des déportations à travers l’Europe pour aller mettre dans je ne sais quel camp à ses frontières, en son sein ou ailleurs les étrangers qu’on ne voudrait pas.

Cet ordre républicain auquel nous croyons est le fondement d’une nation d’hommes et de femmes libres. Il repose sur cette tension éthique permanente, celle même de la République qui impose de ne céder à aucune facilité contemporaine. C’est cela aussi une puissance du XXIe siècle et c’est la vocation de la France d’enraciner sa force dans cette liberté civique quand trop d’observateurs voudraient nous faire croire qu’il n’est de puissance que par la sujétion des individus, par le recul des libertés, par l’affaiblissement des droits.

Pour faire face à la peur de l’effacement, à cette insécurité culturelle et civilisationnelle que j’évoquais, nous avons aussi besoin de porter le projet français pour l’Europe. Ce projet, c’est de retrouver le sens et la substance de notre coopération face à tous les défis que nous pouvons relever uniquement ensemble en tant qu’Européens. Cet engagement, ce projet français a d’ores et déjà permis des avancées réelles que d’aucuns pensaient impossibles jusqu’alors. Nous avons progressé vers une Europe qui protège davantage par une politique de défense dont l’idée même avait été abandonnée depuis 70 ans, par une meilleure régulation du travail détaché assurant la protection des salariés européens, par la défense de nos intérêts communs sur le plan commercial, par la conclusion voici quelques semaines d’un accord franco-allemand de moyen terme qui n’avait pas été fait depuis plus de 20 ans et qui a permis de jeter les bases d’un budget de la zone euro.

Depuis quand n’avions-nous pas attendu les crises pour avancer concrètement ? Cette Europe-là n’est pas incantatoire ni éloignée, elle prend en charge le quotidien des Européens et leurs intérêts vitaux. Toutefois, ces avancées réelles pour lesquelles la France s’est battue ne doivent pas faire oublier les doutes, les divisions. L’Europe est encore trop lente, trop bureaucratique, trop divisée pour affronter la brutalité des changements politiques, sécuritaires migratoires et technologiques. Notre plus grande erreur serait cependant de brandir les spectres du passé et de redouter la répétition de l’Histoire ou je ne sais quelle fatalité européenne du conflit. Ce n’est pas cela qui nous menace.

La vérité est que nos combats d’aujourd’hui requièrent l’Europe car nous ne pourrons être à la hauteur des enjeux contemporains qu’en unissant nos forces avec les nations dont l’Histoire a fait nos partenaires naturels.

Ni les défis commerciaux ni les défis du climat ni les défis de la défense ni les défis économiques et monétaires ne peuvent se relever dans l’isolement et encore moins le défi migratoire que j’évoquais à l’instant. En ces matières, la solution véritable ne peut être que dans la coopération européenne.

Et c’est au cœur de ces interrogations que se joue l’Europe de demain. Elle sera nécessairement une Europe des peuples. Peut-être les 28 peuples qui composent l’Union n’avanceront-ils tous pas au même rang, au même pas, mais ils se montreront capables d’agir ensemble dans des circonstances exceptionnelles, face à des défis qui nous confrontent au plus vif de ce que nous sommes. Au sein de cette Europe, la France fait entendre sa voix avec un projet clair, celui que j’ai présenté en octobre dernier à la Sorbonne, celui d’une Europe plus souveraine, plus unie, plus démocratique, celui d’une Europe qui sera portée par une coalition de volonté et d’ambition et plus paralysée par l’unanimisme capturé par quelques-uns.

Mais il faut aussi le dire clairement, la frontière véritable qui traverse l’Europe est celle, aujourd’hui, qui sépare les progressistes des nationalistes.

Et nous en avons pour au moins une décennie. Ce sera difficile mais le combat est clairement posé. Il sera au cœur des enjeux de l’élection européenne de 2019 qui appartient à ces scrutins qui sont aussi des tournants. Et comme au cœur de toutes menaces naît une grande opportunité, c’est sur cette crise que nous fonderons les clés de la puissance européenne, de l’indépendance européenne, de la conscience européenne de demain après 70 ans de paix qui nous ont trop souvent conduits à perdre de vue le sens même de l’Europe.

La crise que nous traversons, nous dit une chose : l’Europe des assis, l’Europe des assoupis est terminée, un combat est en train de se livrer qui finira le projet de l’Europe à avenir, celui d’un repli nationaliste ou celui d’un progressisme contemporain.

La France porte sa voix, elle est écoutée parce que c’est une voix forte de c’est la voix de la raison mais aussi la voix de parfois ceux qui n’en ont pas ou n’en ont plus et qui parlent pour la défense des biens communs et je m’attacherai à ce combat.

C’est à ce titre que nous sommes aussi engagés dans d’autres luttes et que la France a fait entendre sa voix lorsque les Etats-Unis se sont retirés de l’Accord de Paris. C’est pour cela que nous sommes intervenus sur le nucléaire iranien ou dans la crise syrienne, c’est pour cela que la France aujourd’hui est à l’initiative pour réinventer un multilatéralisme fort dont le monde contemporain a besoin. La France de nouveau est cette médiatrice, ce tiers de confiance qui tente de tenir ensemble les équilibres du monde et de trouver les voies d’avenir. C’est ce rôle nécessaire tout à la fois pour notre sécurité, la défense de nos valeurs qu’aujourd’hui nous menons. Je crois dans la possibilité de défendre une démocratie forte et respectée, je crois dans la possibilité de défendre une Europe forte et souveraine, je crois dans la possibilité de défendre les valeurs universelles qui nous ont faites à travers ce multilatéralisme fort contemporain. »

Dernière modification : 09/08/2018

Haut de page