Célébration de la fête nationale (14.07.18) [de]

L’Ambassadeur de France en Autriche, François Saint-Paul, le Représentant permanent de la France auprès de l’ONU, l’Ambassadeur Jean-Louis Falconi, et la Représentante permanente de la France auprès de l’OSCE, l’Ambassadrice Véronique Roger-Lacan, ont célébré la Fête nationale samedi 14 juillet à l’Ambassade de France en Autriche en présence de nombreux invités.

JPEG

L’Ambassadeur de France en Autriche, François Saint-Paul, le Représentant permanent de la France auprès de l’ONU, l’Ambassadeur Jean-Louis Falconi, et la Représentante permanente de la France auprès de l’OSCE, l’Ambassadrice Véronique Roger-Lacan, ont célébré la Fête nationale samedi 14 juillet à l’Ambassade de France en Autriche en présence de nombreux invités.

JPEG

De hauts représentants du gouvernement autrichien tels que la secrétaire d’État au ministère de l’Intérieur K. Edtstadler et le secrétaire d’État aux Finances H. Fuchs, ainsi que des représentants des milieux diplomatique, culturel et économique, et des acteurs de la vie associative, ont participé aux célébrations dans l’ambassade sise place Schwarzenberg. Grâce au soutien amical de nombreuses entreprises françaises et autrichiennes, ces célébrations ont permis de rassembler cette année plus de 1 000 invités lors de deux réceptions chaleureuses et festives.
Les réceptions ont débuté par le chant des hymnes nationaux français, autrichien et européen, interprétés par Gilles Combecave.

JPEG

L’Ambassadeur F. Saint-Paul a souligné dans son allocution que face aux défis sans précédent auxquels elle était confrontée, l’Union européenne devait retrouver le chemin de l’unité et de l’action commune : « L’Autriche, qui préside le Conseil de l’Union européenne, a adopté le thème cher à notre Président de l’ « Europe qui protège ». Nous partageons pleinement cette ambition. […] Elle souhaite avancer sur la question migratoire. Les solutions sont européennes. Elle ambitionne d’œuvrer à la paix. C’est en renforçant l’Union européenne, en lui donnant plus de moyens, en investissant dans sa défense autonome, que nous ferons de l’Europe une puissance de paix crédible et efficace ».

L’Ambassadeur J.-L. Falconi a réaffirmé l’attachement de la France au multilatéralisme, en particulier aux Nations Unies, seul à même d’apporter des réponses concertées aux défis globaux auxquels nous devons faire face et en particulier, s’agissant des organisations ayant leur siège à Vienne, la lutte contre la prolifération nucléaire, la lutte contre les trafics de drogue, la criminalité organisée et la corruption. Il a rappelé l’initiative du Président de la République de réunir à Paris, les 11/12 et 13 novembre 2018, cent ans après l’armistice du premier conflit mondial, une centaine de chefs d’Etats ou de gouvernements, d’organisations internationales, d’ONG, de chefs d’entreprises, pour échanger autour de solutions de gouvernance et d’initiatives pour mieux organiser notre planète.

En ce jour de fête pour la France, l’Ambassadrice V. Roger-Lacan a souhaité mettre l’accent sur trois points. Elle a commencé par une référence à la participation de la France à la coupe du monde de football : « A l’image de son équipe de football, la France est diverse, multiple et généreuse. Elle intègre qui souhaite embrasser les valeurs de la République. Et elle gagne », a-t-elle déclaré. Elle a ensuite salué l’ensemble des équipes « France » basées en Autriche, celles de sa représentation permanente de la France à l’OSCE, celles de la représentation permanente de la France à l’ONU et auprès des organisations internationales, et celles de l’ambassade bilatérale, pour leur engagement au service du rayonnement de la France, toutes autant qu’elles étaient, sans relâche. Elle a enfin rappelé l’attachement de notre pays, et l’urgence à les défendre, en ces temps où ils étaient malmenés, et où tant de conflits prolongés menaçaient la sécurité en Europe, aux principes et engagements d’Helsinki et de la Charte de Paris sur la sécurité et la coopération en Europe, tels que l’intégrité territoriale, l’inviolabilité des frontières internationalement reconnues, le non usage de la force et le règlement pacifique des différends.

PNG

Dernière modification : 30/07/2018

Haut de page