Discours du Président Sarkozy (1.12.11) [de]

Nicola Sarkozy (Crédits : Reuters, Jean-Paul Pelissier) - JPEG

« L’Europe n’est plus un choix. Elle est une nécessité. Mais la crise a révélé ses faiblesses et ses contradictions. L’Europe doit être repensée. Elle doit être refondée », a souligné le Président de la République.

Le Président Sarkozy s’est prononcé pour davantage de décisions prises à la majorité qualifiée et s‘est exprimé en faveur d’un nouveau traité. Il a également appelé à se solidariser pour défendre les intérêts commerciaux de l’UE et lutter contre le dumping social.

Solidarité de la zone euro

« Si nous voulons que l’Euro survive, nous n’avons pas le choix : nous devons opposer une solidarité sans faille à tous ceux qui doutent de la viabilité de l’Euro et qui spéculent sur son éclatement (…). Il doit être absolument clair que tous les pays de la zone Euro seront solidaires les uns des autres  ».

« La France a proposé la création d’un Fonds monétaire européen qui sera pour l’Europe l’instrument de sa solidarité, qui sera en mesure de venir en aide aux pays en difficulté. Ce Fonds mobilisera les ressources nécessaires pour offrir un rempart face à la spéculation  », a rappelé le Président français, soulignant le rôle déterminant à jouer par la Banque Centrale Européenne, ainsi que son indépendance.

La convergence, maître mot de la zone euro.

« Il ne peut y avoir de monnaie unique sans que les économies convergent. Si les écarts de niveau de vie, de productivité, de compétitivité se creusent entre les pays, l’Euro se révèlera tôt ou tard trop fort pour les uns, trop faible pour les autres ».

Enfin le Président français a appelé à « plus de discipline, plus de solidarité, plus de responsabilité assumées devant les peuples, un véritable gouvernement économique...  »

Retrouver l’intégralité du discours : www.elysee.fr

Dernière modification : 26/01/2012

Haut de page